ChristopheDieu.net

Noms de domaine et référencement naturel (SEO) : un impact (très) limité

Google cherche par tous les moyens à trouver des moyens d’avoir confiance dans le contenu de votre site. Il faut le comprendre, Google a besoin d’être rassuré …

Ainsi trois éléments sont encore un peu pris en compte par Google en ce qui concerne les noms de domaine :

> L’ancienneté du nom de domaine : cela rassurera Google de savoir que votre domaine a été déposé (sans discontinuité) depuis de nombreuses années. Cela ne veut pas dire qu’un domaine fraîchement déposé verra son contenu pénalisé (voir plus bas sur les critères pris en compte par Google).

> La durée de “renew” (renouvellement de l’achat de votre nom de domaine) : Ainsi si un domaine est renouvellé et payé pour 5 ou 10 ans (sans possibilité de le laisser tomber dans la période légale d’abandon si cela est encore le cas), cela donnera plus confiance à Google que s’il est renouvellé chaque année pour un an, c’est certain. Beaucoup d’annonceurs pour des raisons budgétaires ne renouvellent leurs noms de domaine que sur un an ou deux ans :

– Cela vous expose à un risque certain d’oubli de renouvellement qui peut vous conduire à vous coûter de l’argent pour récupérer votre nom de domaine, voire vous engager dans une procédure juridique..

– Ce n’est pas très grave pour des domaines qui sont secondaires pour vous, par contre pour vos domaines principaux (ceux attachés à vos marques/produits par exemple), il vaut mieux renouveller pour le max : 10 ans quand c’est possible..Certains me diront : “mais c’est évident”… mais dans la pratique, ce n’est pas le cas, il suffit de prendre n’importe quel Whois pour s’en rendre compte…

> La Langue principale du contenu des sites attachés à votre domaine, l’extension localisée (CTLD) et dans une moindre mesure la localisation de vos serveurs : les résultats de Google France donneront  plus de poids à un contenu lié au nom de domaine en langue Française puis à une extension localisée (.fr) puis enfin, dans une moindre mesure, il tiendra compte de la localisation “physique” de vos serveurs en France.

Mais attention au premier critère. Ainsi si on prend l’exemple de Google France, sur certaines expressions clés, vous pouvez très bien voir apparaitre des domaines Belges, Luxembourgeois ou autres CTLD francophones. Pour s’en convaincre, je prendrais l’exemple des résultats d’une requête “automobile” concernant la marque automobile Dacia du groupe Renault comme “offre Dacia” :

SERP-offre-dacia

==> VERDICT: Comme on pourra le constater sur la copie d’écran ci-dessus, les sites en .lu (luxembourg) sont en première position ! Mais cela est dû à un contenu de meilleure qualité sur les sites luxembourgeois que sur le site dacia.fr … CQFD

Evolutions de l’algorithme de Google : Critères (réellement) pris en compte et commentaires sur les stratégies “SEO” fondées sur les noms de domaine.

Les  évolutions de l’algorithme de Google  tendent toujours à rendre les résultats de Google les plus pertinents pour l’internaute. Google valorise essentiellement 4 éléments :

> La technique : il faut avoir un site qui n’a pas de freins techniques à l’indexation des pages de ce site : pas de contenu dupliqué, pas de contenu caché, des liens SEO Friendly, des bonnes redirections (301 et non 302),….Ce point est généralement considéré comme un “basique” par les éditeurs de site mais bon nombre d’entre eux ne sont pas encore au point à ce sujet ou sont victimes de régressions techniques sur leur site (votre serviteur en a fait l’amère expérience, il y a peu).

> Le contenu : Google va valoriser un contenu de qualité écrit pour l’internaute et parlant de façon légitime du thème lié à la requête tapée dans son moteur. En terme de réactivité à certains mots clés dans les SERP (Résultats des moteurs de recherche), il donnera un importance grande au Titre de votre page (Title) et la structure de celle-ci (Titre de l’article, sous titre) et au reste du texte de corps de page bien évidemment…

> Le netlinking et la popularité du site : si votre site a des liens entrants (backlinks) provenant de site de confiance pour Google (Wikipedia, annuaire, site institutionnel ou gouvernementaux, sites spécialisés ayant un bon indice de confiance), il sera favorisé. Ceci est lié à la notion de popularité qui fait que si on parle de votre site/marque/produit, votre site sera favorisé…c’est notamment de plus en plus vrai pour les signaux sociaux (commentaires/votes sur votre site, message sur twitter et autres sites sociaux pointant vers votre site).

> L’algorithme n’est pas tout : cela fait un bon moment que Google procède à une surveillance semi-manuelle sur ces résultats..Des équipes Google sont dédiées à cela et ce n’est pas qu’une légende urbaine…Cela permet de corriger le tir des spécialistes SEO (notamment les fameux Black Hat) qui essaient de truander l’algorithme de Google. Il faut quand même avouer que l’algorithme de Google est de plus en plus “Sévère” ainsi les tentatives de “truanderies sophistiquées” sont vouées à l’échec à moyen terme.

On comprendra dans ce contexte que les stratégies SEO fondées sur les noms de domaine sont à proscrire notamment celles fondées sur les sous domaines : créer un sous domaine comportant un mot clé sur lequel on souhaite apparaitre en bonne position dans Google en faisant une redirection 301 vers un contenu du site reprenant le nom de domaine est à bannir depuis longtemps. On y préférera un logique de sous répertoires bien agencées et suivant l’arborescence de votre site (pour être clair : éviter dans le secteur “automobile”, pour la sortie d’un nouvelle version de Clio, de tout baser sur clio.renault.com, il vaudra mieux avoir un contenu de qualité sur renault.fr/clio par exemple).

Ainsi cela signe la fin (programmée) des “Domainers” et autres EMD (Exact Match Domain) et MFA (Made for Adsense). On lira à ce sujet l’article très intéressant : Le nom de domaine, un levier de référencement en perte de vitesse

Essayer de “truster” les premières positions avec plusieurs pages de son domaine principal est aussi une tecnhique en voie d’extinction. Pour s’en persuader, encore vaut-il mieux écouter Matt Cuts le grand “prêtre” du SEO chez Google ou voir l’article en rapport sur abondance.com de Olivier Andrieu  :